Au grand dam
Au Grand dam
Montréal (Québec), Québec

Une oeuvre d’art public pour le parc des Rapides

Dans le cadre de ce projet pour le parc des Rapides, Jacques Bilodeau et Claude Cormier + Associés Inc., conjuguant leurs forces propres, ont développé une vision unitaire : sculpture et paysage se fondent l’un dans l’autre. Tenant compte de l’empreinte historique et géographique du lieu, dans la perspective d’une œuvre in situ, cette sculpture-paysage rappelle, de façon métaphorique et métonymique, la présence d’un ancien barrage et des spectaculaires rapides à proximité.

Parfaitement visible de la rue grâce à quelques plans inclinés s’érigeant jusqu’à une hauteur de 4 m, le « monument » accueille les citadins dans le parc et les invite à parcourir une promenade accidentée faite de strates légèrement décalées de différentes longueurs et inclinaisons, composées de marbre blanc et de béton générique laissant apparaître les traces de coffrage. Ces « accidents » dans le parcours, comme autant de plis évoquant les crêtes des rapides, semblent avoir été créés à la suite d’on ne sait quelle manœuvre de compression et de dépliage, ou encore à l’image d’une débâcle de la banquise. En résulte une forme paradoxalement chaotique et cohérente. Au Grand dam est une œuvre lumineuse : des ampoules électroluminescentes (LED), judicieusement insérées dans certains plans verticaux, projettent des faisceaux directionnels qui découpent et amplifient les formes – lui conférant ainsi, la nuit venue, un autre type de présence.

Une référence architecturale majeure articule le projet. Depuis le début de la pratique de Bilodeau, une notion cruciale anime ses réalisations : la « fonction oblique » élaborée par Claude Parent et Paul Virilio dans les années soixante. En bref, cette fonction consiste en l’utilisation de plans inclinés visant à déstabiliser le corps, par le jeu de la gravité et la tension suscitée par l’effort, afin de le rendre plus sensible à lui-même, et ainsi intensifier ses perceptions. La fonction oblique est utilisée de façon magistrale dans la résidence de Cormier, conçue en tandem, pour brouiller les frontières entre la sculpture, le paysage et l’habitation. Au Grand dam représente donc le fruit d’un dialogue fécond entre ces collaborateurs de longue date autour de cette fonction.

Outre le clin d’œil évident à la sculpture minimaliste, le projet se caractérise surtout par la valeur d’usage et l’aspect performatif de la sculpture. L’usager se voit en effet invité à faire quelque chose avec cette proposition artistique : déambuler sur la sculpture, s’y asseoir et se prélasser ou même la transformer en table pour casser la croûte. Mais on peut bien sûr se satisfaire de la contempler, de l’apprécier pour sa forme, sa matérialité, et sa teneur (l’amalgame sculpture-paysage). Voilà, selon nous, l’intérêt et la pertinence de cette proposition dans le contexte de l’art public : conjuguer forme et expérience. La forme suscite l’expérience, et celle-ci ouvre un champ de possibilités aux éventuels utilisateurs comme l’on voit rarement dans ce type d’œuvres.

Client
Ville de Montréal - Arrondissement LaSalle

Collaboration
Jacques Bilodeau

Superficie
47 m lin.

Prix

Équipe lauréate – Concours pour un projet d’art public au parc des Rapides 2014

Année
2013-2015

Statut
En développement

Catégories
Installation
Institutionnel
Parc
Patrimoine
Photo, Yves Lacombe
Au Grand Dam - Installation au Parc des Rapides - Montreal, CC+A
Photo - détail de la maquette, Guillaume Paradis (CC+A)
Au Grand Dam - Installation au Parc des Rapides - Montreal, CC+A
Détail - Au Grand Dam - Installation au Parc des Rapides - Montreal, CC+A
Plan - implantation de l'oeuvre, CC+A
Au Grand Dam - Phase de constrruction - Installation au Parc des Rapides - Montreal, CC+A
Selection de materiel pour Au Grand Dam installation au Parc des Rapides - Montreal, CC+A
Selection de materiel pour Au Grand Dam installation au Parc des Rapides - Montreal, CC+A
Vers 1927 - Barrage hydraulique et rapides de Lachines, Fonds Ministère des Terres et Forêts
Vue vers le nord, CC+A
Vue longitudinale, CC+A
Maquette de travail, Jacques Bilodeau
Vue vers l'ouest, CC+A
Schémas - luminescence du marbre blanc / intensification lumineuse nocturne des obliques, CC+A
Photo - maquette, Guillaume Paradis (CC+A)
Photo - détail de la maquette, Guillaume Paradis (CC+A)
Photo - détail de la maquette, Guillaume Paradis (CC+A)
Photo - détail de la maquette, Guillaume Paradis (CC+A)
Vue vers l'est, CC+A
Vue vers le sud depuis le boulevard LaSalle, CC+A