Benny Farm
Benny Farm
Montréal (Québec), Canada

Plan d’ensemble pour le réaménagement du site Benny Farm
Phases 2 et 3 – Jardins et cours des résidences pour les vétérans

Plan d’ensemble pour le réaménagement du site Benny Farm

Ce projet d’envergure, élaboré à la suite de consultations publiques rigoureuses, se déroule en dix phases. Le plan d’ensemble traduit d’abord une volonté de répondre aux besoins de la population du quartier Notre-Dame-de-Grâce en matière d’habitations et de services communautaires.

Afin de préserver la modernité de cette ville-jardin des années 1940, le plan suggère de conserver les bâtiments d’origine tout en y insérant six cents nouvelles unités d’habitation conçues en grande partie pour les ménages à revenus modestes ou moyens. Au programme : des coopératives, des habitations sans but lucratif et des appartements locatifs privés, mais aussi un CLSC et un centre sportif et récréatif comprenant une garderie et un jardin communautaire.

Le plan d’ensemble propose d’ouvrir et d’intégrer le site au quartier. Grâce à un réseau de promenades qui relie le quartier, les rues et les cours arrière semi-privées, le projet Benny Farm devient un ensemble d’habitation convivial et perméable aux alentours. Des bosquets d’arbres jalonnent ces promenades et produisent une mosaïque de textures et de couleurs.

Le plan d’aménagement paysager propose également l’implantation d’un verger ornemental de 170 pommetiers décoratifs disséminés sur l’ensemble du site. Envisagé dans une fonction symbolique, le verger reprend la place qu’il occupait jadis et témoigne de la vocation agricole et de la dimension historique du lieu.

Phases 2 et 3 – Jardins et cours des résidences pour les vétérans

Les jardins de Benny Farm visent à procurer un bien-être aux deux cent cinquante vétérans de guerre vivant sur les lieux. Les aménagements extérieurs, à l’image de l’architecture des édifices environnants, adoptent un langage moderniste. L’aménagement se distingue par la juxtaposition de deux jardins privés, avec leur propre vocabulaire, et d’une cour semi-publique, car elle sert également de voie de passage. Plates-bandes loufoques, promenades modernes bordées d’arbres, buttes de hautes graminées et un mélange éclectique de vivaces qui plaisent aux goûts des aïeux, délimitent les secteurs semi-privés où l’on peut rencontrer ses amis, mais aussi éviter les importuns. Une sérénité émane des jardins et porte à la contemplation; les plantes et les arbres se perçoivent comme des sculptures vivantes. Du haut des balcons, le plan du sol se transforme en tableau vivant dont les couleurs et le mouvement reflètent les humeurs et les sensations associées au passage des saisons.

Client
Société immobilière du Canada limitée

Collaboration
Groupe Séguin Lacasse pour les jardins et les Architectes Saia Barbarese Topouzanov pour le plan d'ensemble

Superficie
Respectivement 75 000 m2 (18,5 acres) et 4500 m2 (1,1 acres)

Prix

Association des architectes paysagistes du Canada
Mérite national – En collaboration avec Groupe Séguin Lacasse

Année
1997-2009

Statut
Construit

Catégories
Place / Jardin
Plan directeur
Rue
Cour phase II, Jean-François Vézina, août 2005
Cour phase III, CC+A, septembre 2006

Plan-programme, CC+A, 1999
Plan phases II et III, CC+A, 1999

Allée phases II et III, Denis Farley, été 2000
Allée phases II et III, CC+A, mai 2006

Jardins communautaires, Brian Ypperciel, juillet 2005

3d, Graph Synergie, mai 2006
Plan d’ensemble, CC+A, septembre 2003
Processus, CC+A, septembre 2003
Processus, CC+A, septembre 2003
Processus, CC+A, septembre 2003
Processus, CC+A, septembre 2003
Processus, CC+A, septembre 2003